Sœurs de l'Immaculée Conception de Castres

PAGES EN

la vida misionera de las hermanas azules en el mundo  

moments importants pour la mission en amazonie

06
06

press to zoom
01
01

press to zoom
05
05

press to zoom
06
06

press to zoom
1/6

Décolonisation en Amazonie : Lettre de Sr. Joaninha, missionnaire itinérante en Amazonie

Iñapari avril  2022

corazonar.JPG

Chers sœurs et frères sur le chemin et dans les traversées

Une fois de plus, je reviens vous écrire quelques pages pour tenter de resserrer les liens et vider le cœur qui continue à vibrer dans ces eaux et ces chemins. Où la voix des pauvres nous appelle, des frontières et des moments de pause que la vie nous fait.

Après le mois de janvier intense déjà partagé, je me suis rendu à Rio Branco pour la réunion des équipes missionnaires de CIMI AO. Accueillir trois nouveaux missionnaires qui sont arrivés et qui s'insèrent déjà dans le contexte indigène ici dans la Région. Les itinérants n'étaient pas encore revenus. Surpris par la troisième vague de covid 19, j'ai dû rester quelques jours à Rio Branco. J'en ai profité pour aller chez l'orthopédiste, pour des questions de structure osseuse et de physiothérapie du pied qui s'était cassé pendant les vacances. Le temps de grâce a été le mois passé là-bas. Se reposer en prenant soin de sa santé ; récupérer les énergies pour continuer à itérer. Soutenir un peu la maison missionnaire de Cimi. Pendant cette période, j'ai eu des contacts avec la physique quantique et le pouvoir d'attraction. Il m'aide beaucoup et je passe à une autre vague. Je suis reconnaissante à l'Univers pour ce cadeau et pour l'affection de Dieu à notre égard.

Fin février, à peine un mois plus tard, je suis retourné à la frontière et Claudia (fma) était déjà là. Cependant, les autres de l’équipe étaient toujours absents. Comme j'étais inscrite à l'Assemblée du Vicariat de Puerto Maldonado, je suis allée à Cusco, à Quillabamba où se tenait la VIII Assemblée. Le thème était : "DE L'INTERCULTURALITE, LES MISSIONNAIRES, DISCIPLES EN SORTIE". Une belle expérience. La jungle en montagne et beaucoup de vert. Une altitude impressionnante. Vous atteignez presque 5 000 mètres d'altitude. Vous voyez les plus belles montagnes enneigées. Très froid. Il y avait une semaine entre l'arrivée et le départ. Je suis restée chez les catéchistes franciscaines qui vivent à Echarate, à environ 50 km de Quillabamba. 

 

Elles sont loin de la frontière. Le vicariat de Puerto Maldonado couvre toute la région de la frontière jusqu'après Cusco, soit plus de 700 km. Ils étudient la possibilité d'un nouveau diocèse ou quelque chose pour aider en cette période de synodalité. C'est agréable de voir les indigènes être ordonnés diacres et prêtres. La présence d'autochtones à l'Assemblée fait toute la différence. Bien que l'on puisse remarquer la colonialité de l'évangélisation qui a été faite. Beaucoup d'efforts conjoints et d'excellents conseillers de manière virtuelle, ce qui a été un peu perdu. Mais, le résultat a été que, à partir de cette assemblée, chaque vicariat agira par "Decantura" (comme si c'est par région pour nous) là où nous vivons nous appartenons à la Decantura de Tauhamanu ; dans la force de la synodalité tous se sont engagés à participer.

Du 17 au 28 mars, nous avons eu notre réunion annuelle de formation de l'équipe itinérante et avons accueilli les nouveaux itinérants qui sont arrivés (Brésil, Costa Rica, Argentine, Equateur et Espagne, qui ne pouvaient arriver qu'après la réunion). Nous avons passé ces jours dans une belle maison de campagne à environ 8 km de la frontière, du côté péruvien. Nous étions assistés par deux professeurs de l'UFAC - l'université fédérale d'Acre. Et un autre, de Bolivie, qui était plutôt un consultant holistique, aidant à intégrer et à décoloniser des processus historiquement ancrés. Ce fut un très bon moment pour toute l'équipe pour réfléchir, construire et déconstruire des thèmes complexes tels que la COLONALITÉ et le COLONIALISME, la DISCOLONIALITÉ. C'était un processus profond sur lequel nous devons continuer à travailler. Voici un fragment du rapport : "Discussion sur le colonialisme, la colonialité et la décolonialité. Nous partageons ce qui, pour nous, est le colonialisme et la colonialité :

« Le colonialisme a à voir avec les conquérants qui sont arrivés. Et la colonialité a à voir avec cette expérience subtile que nous finissons par assumer bien souvent inconsciemment. La colonialité est présente dans nos corps, dans nos sentiments. En tant que peuple, nous faisons partie de ce colonialisme. Le colonialisme en tant que processus de domination, et ensuite nous finissons par reproduire cela, même dans les congrégations religieuses. Le pouvoir autoritaire, je commande, tu obéis, lié à la relation de pouvoir, et cela se reproduit dans les espaces où nous sommes. Une culture s'impose à une autre, ignorant ou annulant l'autre. Ce n'est pas seulement un moment historique, cette imposition existait avant l'arrivée des étrangers. Et c'est dans notre corps. Le colonisateur arrive et prend ce qui est important pour la culture. Le colonialisme est l'instrumentalisation de l'autre, des relations qui ont existé tout au long de l'histoire. Et la colonialité est ce qui en reste dans l'imaginaire collectif et nous finissons par la reproduire. La colonialité est une conséquence du colonialisme".

Les familles d'Iñapari nous ont soutenues en accueillant un petit groupe pour dormir, car la maison de soutien ne pouvait pas contenir tout le monde. Une fois les journées de consultation terminées, nous avons visité la réalité d'Iñapari et d'Assis Brasil avec le groupe de Manaus et les nouveaux arrivants. Aider le groupe à avoir une vision de la réalité de la frontière qui nous défait souvent. Des journées intenses de mouvement et des salles pleines. De la frontière, ils sont allés à Xapuri pour voir où Chico Mendes, grand leader et défenseur de la forêt, a vécu et est mort. De là, ils se sont rendus à Rio Branco pour voir l'endroit où le grand leader et défenseur de la forêt a vécu et est mort. Ils ont continué jusqu'à Rio Branco où ils ont passé la nuit au CIMI AO et le jour suivant, ils ont continué jusqu'à Porto Velho en bus. Ce n'est que de là qu'ils ont pris l'avion pour Manaus. Un vol très coûteux à l'intérieur de la région.

Deux des nouveaux arrivants, Walter et Erick, sont restés à la frontière pour faire connaissance et voyager ici pendant cette première période d'expérience dans l'équipe. Les autres sont dans le Nucleus à Manaus avec la possibilité de passer quelque temps ici et de définir où ils veulent vivre comme itinérants. Le temps pluvieux est terminé et nous sommes déjà en train d'articuler les premières itinérances dans les communautés indigènes et riveraines plus éloignées dans les prochains mois maintenant que nous sommes tous ici.

Nous attendons deux illustres visiteurs qui arriveront dans les prochains jours : Adelson sj qui est à Gregoriana, et Maria Helena, Sacré-Cœur de Marie. Conseillers de CLAR pour le réseau itinérant. Ils seront avec nous pendant la semaine sainte. Ils vont visiter les groupes itinérants dans toute l'Amazonie et ont décidé de commencer par notre groupe. Avec eux, nous allons célébrer le Triduum pascal dans les communautés tant du côté péruvien que du côté brésilien. Pour avoir une idée de notre réalité. Ce temps nous invite à être ouverts et "à accueillir les nouveautés de Dieu, selon les mots de l'aîné Camara, qui nous surprennent, changent nos plans, notre journée et même la direction de notre vie".

Je vous souhaite une semaine sainte bénie et une Pâques pleine de joies, de vibrations de temps nouveaux et de grande prospérité.

Joyeuses Pâques et gratitude pour pouvoir être dans cette réalité et faire l'expérience de réalités et d'opportunités si diverses qui aident à grandir et à renaître. Nous nous reverrons bientôt dans la joie de pouvoir nous rencontrer et de renouveler notre engagement de missionnaire bleue.

Ta sœur de voyage qui vous aime beaucoup.

Joaninha (et ses compagnes/compagnons de cette frontière. Claudia, Ivanir, Walter, Oscar, Eugenia Izaías, Erick et Fernando) vous saluent également.

Iñapari, avril 2022

 
bande bm maison mere modele 2.jpg

Accompagne- nous  dans Instagram  @ciccastres

Nunca te pierdas nada

HERMANAS DE LA INMACULADA CONCEPCIÓN DE CASTRES

MAISON GENERALE

Via Vincenzo Viara de Ricci, 24

00168 ROMA  Tél. +39 06 305 1863

WEBMASTER

5 rue du Louvre  06500  MENTON

+33 6 62 89 69 39

ecusson esp bleu petit++ tranparent.png

Merci !